Colette about Lantelme (2)

Lantelme’s name is also cited at least twice in Colette books, and both times her hats are mentioned.

Mes étranges amis ne parlaient pas des femmes, sinon de haut, de loin : “C’est joli, ce perlage blanc sur blanc, que Bady porte au troisième acte” ; “Ah! ces énormes chapeaux de Lantelme, assez, assez! Qu’elle les lotisse!”  (Le Pur et l’Impur)

Avant la crise de rétrécissement de nos chapeaux, je me souviens qu’à un bal
tropézien c’est grâce à un lot de chapeaux minuscules que Jeanne Duc, alors aubergiste, obtint les plus grands effets d’extravagance. Elle ne les eût pas rencontrés en ressuscitant les châteaux immenses, les étages superposés de plumes sous lesquels brillaient les yeux languissants de Lantelme. (De ma fenetre)

Colette about Lantelme

Des yeux trop grands, trop beaux, une bouche ravissante qui semblait retenir une envie de pleurer, le gracieux menton, un peu effacé, des faibles – c’est tout ce que livrait, de Geneviève Lantelme, l’ombre de ses chapeaux qu’elle voulait, comme par gageure, immenses, chargés de panaches d’autruche.
Combien de temps, combien de fois cette beauté plaintive vit-elle la rampe ? Quand on songe à la brièveté de sa vie et de sa carrière, on s’étonne que le nom de Lantelme vive parmi nous. Accablée de fourrures, de plumes, de dentelles, le col chargé de colliers, Lantelme n’était qu’un visage. (Colette. Cahiers Colette. )