Le Marchand de Bonheur

Genevieve Lantelme as Ginette Dubreuil in the play Le Marchand de Bonheur (1910). Dresses by Paquin. Scans from Le Theatre # 286, 15 November 1910.

A wonderful photo by Manuel, from the same play. Scan from Comoedia Illustre, 15 November 1910.

With some retouch:

Les Modes wrote about dresses in this play:

Au Vaudeville, les audaces sont fréquentes, et c’en est une, captivante, que le fourreau court de velours noir de Mademoiselle Lantelme sur lequel se pose une tunique princesse ouverte devant en satin ondoyant blanc pékiné d’or; tout le côté de la tunique formant le corsage est en dentelle de Venise avec grand revers ourlé de velours noir, et la manche en guipure dans le prolongement de l’épaule; un long pan de guipure alourdi d’un gland d’or ancien continue ce côté de la tunique sur lequel le côté pékiné et biaisé vient se croiser sous une cocarde de satin émeraude entourée de noir; tout autour de la tunique pékinée une dentelle d’or ancien à pointes très accentuées est posée en revers. Plus originale encore est une robe en tulle-dentelle or, très fourreau, dont la taille haute se marque d’une ceinture rubis pâle, et que voile un pardessus sans manches en mousseline de soie vert Empire brodée du même ton et encadrée d’une haute bande de satin du même vert.

And also:

Quelques-unes de ces robes portent dans le dos un pli formant manteau de Cour, qui ajoute à leur aimable caractère. Dans le Marchand de Bonheur, au Vaudeville, Madame Lantelme nous a montre une de ces robes du soir qui est merveilleusement belle et dans le ton général du moment: en soie pékinée or et blanc, et drapée de côté sur une pointe de velours. Les alliances d’étoffes différentes sont ainsi en grande faveur, actuellement.Un côté du corsage est tout en venise. Une écharpe terminée par un gland d’or et un gros chou de plusieurs tons de verts complète cet ensemble. Les manteaux ne le cèdent point en beauté aux robes. C’est encore sur dame Lantelme que nous en vîmes un, magnifique, en velours rouge ancien, brodé dans des tons ficelle, avec le col, les parements et une large bande devant, en loutre. Et quelle incomparable robe de bal que celle de Mademoiselle Terka-Lyon, en mousseline de soie corail brodée d’argent et constellée de diamants!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: